Victor Mendes, un danseur introspectif

13 novembre 2018
13 novembre 2018 Julia Bouhjar

Aujourd’hui, nous donnons suite à notre série d’entretiens avec les professionnels du monde la danse. Cette semaine, place au danseur actuellement étudiant au Ballet Junior de Genève, Victor Mendes.

Nous lui avons soumis quelques questions et proposons de partager un texte qu’il a rédigé pour accompagner ses réflexions. De même, nous aurons la chance d’accueillir Victor pour un atelier exceptionnel à Chamonix le samedi 1er décembre. Plus d’infos sur notre site dans la rubrique Ateliers!

1 – Pourquoi et comment avez vous commencé la danse?

J’ai pris mon premier cours de danse classique grâce à un de mes amis avec qui je partageais un intérêt certain pour les arts. Au début, je n’étais présent que pour lui tenir compagnie mais par la suite, le désir de danser s’est fait ressentir. Mes tous premiers cours ont eu lieu à Belo Horizonte dans une école nommée « Toute Forme », où j’ai étudié la méthode du Royal Ballet.

2 – Où avez vous fait vos études? Qu’en retenez vous?

Après mes premières classes, je suis allé étudier à Sao Paolo et j’ai dansé avec la jeune compagnie à tendance classique, la « Cia Brasileira de Dancas Classicas ». J’ai appris énormément de choses grâce à cette compagnie mais j’ai aussi compris que la danse classique n’était pas le seul moyen pour moi d’exprimer mes aspérités artistiques.

3 – Avec quel(le)s chorégraphes avez-vous travaillé?

Après avoir dansé avec la compagnie « Cia Brasileira de Dancas Classicas », j’ai fait partie de petits projets puis j’ai rejoint le Ballet Junior de Genève pour aborder la danse contemporaine où je collabore régulièrement avec des grands chorégraphes.

4 – Avez vous créé votre propre travail chorégraphique/compagnie?

Comme danseur, j’ai crée plusieurs pièces, dans lesquelles je dansais moi-même. Mais en tant que chorégraphe, je n’ai pour le moment crée qu’une petite performance classique.

5 – Enseignez vous? Si oui, pourquoi?

Je n’enseigne pas actuellement. Cependant, j’ai donné cours de danse classique et aussi travaillé en tant que volontaire pour des adultes qui souhaitaient commencer la danse mais qui n’avaient pas le courage de s’y mettre. Je viens d’une famille où presque tout le monde enseigne. La valeur du travail est pour moi très importante. C’est donc pour ceci qu’elle fera toujours partie de ma vie.

6 – Qu’est ce que cela représente pour vous d’être un artiste aujourd’hui?

À mon avis, être un artiste aujourd’hui n’est pas simplement être un bon exécutant technique. C’est aussi et surtout avoir la chance de pouvoir exprimer ses idées et sentiments sur différents sujets à travers la/ma danse. Et pouvoir exercer ma passion est exceptionnelle !

7 – Quels sont les côtés positifs et négatifs du métier?

Je dirai que la notion du temps est le plus grand ennemi des danseurs. À un certain moment, le corps ne suit plus. Et ne plus être capable de faire des projets très intenses physiquement peut devenir très frustrant et un point négatif dans sa carrière.

Cependant, cette profession nous apporte quelque chose d’unique qu’aucune autre profession peut nous procurer. Lorsque nous ressentons cette énergie sur scène, tous les efforts physiques et intellectuels sont récompensés. C’est à ce moment précis que nous vivons des expériences que les mots ne peuvent retranscrire.

8 – Où vous voyez vous dans 5 ans?

En tant que danseur, 5 ans peut paraître très long. Beaucoup de choses peuvent changer. Mon corps ne sera pas le même, je peux rencontrer beaucoup de nouvelles personnes et aborder un travail qui me « forgera » différemment. Malgré toutes ces inconnues, je suis certain que je veux danser et créer de la meilleure manière possible.

Quelques mots supplémentaires de Victor :

« Cette semaine, en réfléchissant à comment écrire sur ma formation actuelle, je me suis demandé quelle approche serait la plus judicieuse. Personnellement, rien ne me semble plus réaliste que d’aborder mon emploi du temps au jour le jour comme élément principal de cet article.

Aujourd’hui, après mon cours de danse classique, lorsque je me suis changé dans les vestiaires, j’ai été interpellé par ce qu’il y avait d’inscrit au dos de mon t-shirt « j’aurais du être un artiste ».

À ce moment précis où j’ai lu cette phrase et après mes deux heures de cours, je me suis mis à penser aux choix que j’avais effectués dans ma vie et qui m’avaient amené à être un artiste aujourd’hui.

A travers mes études, j’ai réfléchi à comment les artistes au cours de leur carrière, trouvaient des manières « naturelles » de s’exprimer et quels étaient leur point de vue sur cette forme d’expression. Je croise des danseurs qui ont débuté leur formation très jeune et bien sûr, leur point de vue sur la danse évolue.

Mes opinions sur l’art changent au fur et à mesure que j’avance dans ma formation. Chaque jour, chaque nouveau cours, chaque nouvelle création devient pour moi source de découverte et de recherche. Cela me permet d’avoir une relation de plus en plus personnelle avec la danse.

Je pense que lorsque quelqu’un décide d’être un danseur, il décide de manière volontaire de devenir un artiste. Alors faire ce choix à un jeune âge peut amener toutes sortes de questionnements.

Mon conseil pour les personnes intéressées par la danse ou devenir danseur que vous soyez jeune ou moins jeune, est de ne pas avoir peur. Les doutes, les questionnements, et même la peur font partie intégrante de la vie d’un artiste. Et ces moments seront cruciaux. « Nous brisons toutes les règles. Y compris les nôtres. Et comment faisons nous cela ? En laissant de l’espace pour les inconnues de la vie ». John Cage

Et comme dirait un de mes professeurs : trois choses sont nécessaires pour faire ce métier : la discipline, la patience et la patience. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *