Pauline Cavanna, une danseuse sereine

6 novembre 2018
6 novembre 2018 Julia Bouhjar

Aujourd’hui, nous donnons suite à notre série d’entretiens avec les professionnels du monde la danse. Cette semaine, place à l’interprète et chorégraphe actuellement basée à Lyon, Pauline Cavanna.

Nous lui avons soumis quelques questions et vous proposons en fin d’article les liens vers les compagnies avec lesquelles elle a collaboré.

1 – Pourquoi et comment avez vous commencé la danse?

J’ai découvert la danse alors que j’étais encore petite fille, grâce à ma mère qui m’a inscrite en cours de danse jazz dans mon village. J’ai ensuite continué à la pratiquer. C’était le moment de la semaine durant lequel je me sentais vivante.

2 – Où avez vous fait vos études? Qu’en retenez vous?

Je me suis formée en autodidacte après avoir dansé pour Josette Baïz dans le groupe Grenade à Aix-en-Provence. Partir de ville en ville en recherchant les chorégraphes, professeurs qui pouvaient me transmettre une sensibilité, une approche psycho-corporelle et une maîtrise technique a été un parcours guidé par l’intuition. Personnellement, le plus marquant reste encore aujourd’hui, la joie que je ressens lorsque je fais une rencontre artistique. Cela se rapproche d’une forme de compréhension profonde. J’ai appris qu’un artiste a besoin de se connaître pour rayonner. C’est ce que je souhaite transmettre.

3 – Avec quel(le)s chorégraphes avez-vous travaillé?

J’ai dansé pour la compagnie Kerman du chorégraphe Sébastien Ly, la compagnie Artonik basée à Marseille qui propose des spectacles où se mêlent théâtre, danse et arts plastiques, la chorégraphe Wendy Cornu et sa compagnie Mouvimento et la metteur en scène de théâtre Florine Montagnier pour laquelle j’ai collaboré sur sa pièce jeune public Dérive(s).

4 – Avez vous créé votre propre travail chorégraphique/compagnie?

J’ai fondé ma compagnie en 2016 dans l’intention de créer pour des danseuses amateurs de plus de 50 ans et donner des ateliers chorégraphiques. J’interviens également en service de gérontologie à Vienne.

5 – Enseignez vous? Si oui, pourquoi?

Je donne des ateliers ponctuellement afin de partager ma recherche sur la danse de répertoire et les outils énergétiques comme le yoga. Ce travail est en cours de préparation. Ce sera une proposition pour 2019.

6 – Qu’est ce que cela représente pour vous d’être un artiste aujourd’hui?

Pour moi les artistes sont ceux qui nous donnent un espace pour sentir que la nature sensible de l’être humain est une une force. Ils nous relient dans une salle de spectacle et nous rappellent que notre coeur bat.

7 – Quels sont les côtés positifs et négatifs du métier?

Ce métier a pour moi la force d’être un lieu d’expression et de rencontre. Ce qui est à mes yeux le plus difficile est d’assumer l’insécurité et de demander à son corps d’être apte à danser très régulièrement. Je m’interroge beaucoup sur la fierté du danseur à dépasser la souffrance physique.

8 – Où vous voyez vous dans 5 ans?

Dans 5 ans, je me vois proposer des ateliers et consultations pour les artistes professionnels du spectacle vivant. Cela me permettrait d’identifier leur style et leur manière de travailler pour qu’elle devienne la plus optimale possible. J’aimerais donner des ateliers de répertoire tout public afin de les aider à découvrir plusieurs facettes de leurs personnalités. Je souhaiterais aussi être assistante chorégraphe pour des metteurs en scène et jouer mon solo dans différents lieux dont les églises cisterciennes.

Liens vers les compagnies avec lesquelles Pauline travaille :

www.josette-baiz.com

https://www.ciekerman.com/

http://www.artonik.org/

http://www.lestheatres.net/fr/activity/1493-derives

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *